Antibes Jazz Festival - Jazz à Juan

Pour d’aucuns, le meilleur ambassadeur de Cuba est un cigare, pour « Jazz à Juan », c’est la musique ! Et la pinède hier soir fut positivement ravie d’accueillir hier quelques hérauts de cette musique que le festival aime depuis toujours. A commencer par la jeune garde de Setenta, huit zicos génération funk branchée parigotte, tellement bluffés par l'héritage musical portoricain qu’ils ont créé un combo grassement nourri d’influences africaines, caribéennes et latines. Un combo aux petits oignons qui a donné brillamment le la avant l’arrivée d’el senor Pedrito Martinez, pimpantissime percussionniste révolutionnant rumba et salsa, insufflant à la musique traditionnelle de son île un sacré zef de jeunesse et d’originalité. Puis vint le flamboyant Orquesta Aragón, figure emblématique de la musique populaire cubaine, qui, s’il a pris un peu de la bouteille, n’avait en revanche pas pris un pet de bouchon (Ah ! le violon ! Ah ! La flûte !) Ce soir, gospel avec la volcanique Naomi Shelton et ses Gospel Queens, et c’est gratos ! Offert pardon. A tout de suite.